Japanese encephalitis banner

Encéphalite japonaise

  1. Accueil
  2. Principes de l’immunisation
  3. Encéphalite japonaise

L’encéphalite japonaise est une infection virale connue au Japon en 1871.(1) Elle est due à un arbovirus transmis par un moustique. Avec environ 67 000 cas déclarés et plus de 20 000 décès par an, c’est la plus fréquente et la plus sévère des encéphalites virales, et la première cause d’infection virale neurologique chez l’enfant en Asie.(2)

Symptômes de l'encéphalite japonaise

  • La maladie se traduit dans sa forme majeure par une encéphalite, mais des expressions cliniques moins sévères à type de méningite aseptique ou d’un simple syndrome fébrile accompagné de céphalées sont également fréquentes.
  • Après une période d'incubation silencieuse de cinq à 15 jours, le début est marqué par l'apparition brutale d’une fièvre élevée accompagnée de céphalées, d'un changement du comportement, de troubles de l’élocution et de troubles moteurs (paralysies).
  • L’évolution est marquée par l’installation progressive de troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma. La mortalité est élevée et les séquelles très fréquentes notamment chez l’enfant (plus de 50%).(1)
  • Il n’existe pas de traitement spécifique.

Epidémiologie et vaccination contre l'encéphalite japonaise

  • La maladie s’observe surtout en milieu rural (où les hommes voisinent avec les porcs et les oiseaux, réservoirs du virus) et plus particulièrement dans les rizières, favorables au développement des moustiques.
  • L’infection se manifeste généralement entre avril et décembre avec une recrudescence en période de mousson.
  • Sa prévention est possible grâce à un vaccin inactivé.

Références :

1 - Radoslaw Ziemba. Directions and opportunities for immunoprophylaxis development among Polish Army soldiers sent to foreign missions. Medical Science Monitoring.2011; 17(12): SR43-52. Accessed January 2018. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3628145/pdf/medscimonit-17-12-sr43.pdf

2 - WHO.Japanese encephalitis vaccines position paper; WER 2015, 90:69-88: Accessed January 2018. http://www.who.int/wer/2015/wer9009.pdf?ua=1